Connexion S'inscrire

Login to your account

Prénom *
Mot de passe *
Se souvenir de Moi

Créer un compte

Fields marked with an asterisk (*) are required.
logo cba

Chroniques des albums et articles de presse du groupe ATOLL depuis 1975

Chroniques des albums et articles de presse du groupe ATOLL depuis 1975

BEST 75

Atoll - l' araignée malIl faut absolument que vous écoutiez ce second album d'Atoll si vous n'êtes pas encore persuadés qu'il se passe vraiment quelque chose en France et que nous sommes en train de nous offrir une brochette de groupes qui ont leur mot à dire au niveau international, Atoll est désormais de ceux là. Il n'était pourtant jusqu'ici qu'un petit groupe sympa, pas très bien campé sur sa musique, un espoir quoi. Mais ils ont eux aussi considérablement appris et les idées qu'ils avaient ont trouvé une expression juste qui les révèle enfin. Et voici ce superbe disque pour démontrer tout cela et convaincre les récalcitrants.Les morceaux proposés s'ordonnent en fait d'une façon tout à fait personnelle autour de vocaux - poèmes (en français) intéressants et adhérant parfaitement aux sons. Des sons infiniment torturés qui dévident leur douleur sur des nappes incertaines d 'Eminent et de mellotron, qui s'enroulent sur une belle rythmique syncopée, des sons qui créent un véritable climat, qui donnent à cet album une densité propice à l'évasion. Et de partout fusent de ces petits solos fous, incisifs, superbes dans leur mise en place et dans l'économie de leurs propos : la guitare de Christian Beya est fort belle, le violon de Richard Aubert, qui rappelle un peu David Cross, nous frappe par sa sonorité âpre et rampante, et ce moog capricieux qui n'en finit pas de faire des cabrioles de pantin fou perdu dans un cauchemar, le monde de l'Araignée- Mal, de son armée de robots. Car, et c'est là la force d'Atoll, les solos ne nous parviennent jamais comme les moments convenus d'une exhibition technique mais toujours comme une émanation horriblement logique du climat sonore et nous ramènent sans cesse aux images que véhiculent les sons.

Tout frappe fort et juste chez Atoll, et cela est sans doute dû au fait qu'il soit un des seuls groupes français à être bien encadrés, d'où un son parfait et un propos pesé (c'est Chabiron qui les produit). A partir de maintenant, il faudra avoir une oreille très attentive pour Atoll.

 

Atoll après " l'Araignée - Mal "

Atoll avait frappé un très grand coup avec son second album, " L'Araignée Mal ", un disque qui fut sans nul doute le meilleur paru en France en 1975. Le groupe faisait un concert de loin en loin, mais très peu parler de lui, alors que l'on sentait la situation très mure et très propice à l'explosion du groupe. Nous nous sommes donc dépêchés de rencontrer ces Messins. Je ne connaissais pas du tout les gens d'Atoll et je dois dire que j'ai été impressionné par leur gentillesse, l'intelligence de leur propos, la lucidité qu'ils ont face à leur musique, leur sens des réalités également qui les distingue catégoriquement de tous les glandouilleurs si gentils mais si rêveurs Que l'on rencontre en France. Du point de vu humain, Atoll a tout pour séduire. C'est le type de groupe qui comme Génésis, est d'un abord simple et préfère la franchise aux attitudes. J'aime cette race de gens.Le groupe n'a jamais été aussi bon, tant le changement de personnel par rapport à " Musiciens -magiciens " a été bénéfique : " la venue de Richard et de Christian - Christian Beya, le nouveau guitariste, un musicien qui s'y entend et possède un son tout à fait dans l'air du temps, - raconte Michel Taillet, nous a vraiment stimulé. Cela a ouvert au groupe de nouveaux horizons " Cela lui a surtout conféré une originalité qui n'était pas très nette dans ce premier album un peu trop médiévalisant. Le groupe possède à présent une atmosphère très personnelle, la musique est l'émanation de ces mots, et conserve un sens du happening : Nous adorons jouer sur scène parce qu'alors nous nous sentons différents, qu'il se passe quelque chose de nouveau et souvent nous nous surprenons nous-mêmes. Nous aimons faire des morceaux d'un jet, comme l'instrumental " Cazotte " qui a jailli comme ça et fut près en une heure de studio. " Effectivement, Atoll donne bien cette impression d'un groupe où il se passe quelque chose, où, au -delà des influences, il y a un esprit qui passe, vibre et pétille. L'heure d'Atoll est venue. Nous tenons là un très grand groupe. Eh ! Mecs, ne le lâchez surtout pas.

Hervé Picart.

TOP 50 1975

1 TANGERINE DREAM -
Ricochet
2 DEEP PURPLE -
Come taste the band
3 PINK FLOYD -
Wish you were here
4 BOB DYLAN -
Desire
5 RORY GALLAGER -
Against the grain
6 GENESIS -
A trick of the tail
7 NEIL YOUNG -
 
8 MAGMA -
Live
9 HOT-TUNA -
Yellow fever
10 ATOLL -
L'araignée -mal
11 LED ZEPPELIN -
Physical graffiti
12 LOU REED -
Coney island bahy
13 JOHN LENNON -
Shaved fish
14 KLAUS SCHULZE -
Time wind
15 PATTIE SMITH -
Horses

Référendum Best 75/76

Chanteur(euse), groupe ou musicien français

1 Ange
2 Magma
3 Michel Polnareff
4 Atoll
5 Tai Phong
6 Yves Simon et Transit Express
7 Gérard Manset
8 François Béranger
10 Eddy Mitchell

Espoir 76

 

Chris Beya 19751 Dr Feelgood
2 Aerosmith
3 Tai Phong
4 Atoll
5 Rainbow
6 Bruce Springsteen
7 Mona Lisa
8 Outlaws
9 Supertramp
10 Queen

 

Atoll - Album TertioAvec " L'araignée-mal ", Atoll nous avait offert un disque de grande qualité certes, mais qui souffrait d'influences trop nettement marquées. Il n'en va pas du tout de même avec " Tertio ", qui dès les premières écoutes se révèle comme étant une œuvre tout à fait originale, d'un groupe parfaitement au point. En deux ans ils ont réussi à créer un style qui leur est propre, un style original. Ils ont réussi à intégrer à leur musique, sans les renier, leurs influences, à les fondre dans leur moule, pour pouvoir exprimer le plus profondément leur propre personnalité, et créer une musique qui est entièrement la leur. Pour être clair Atoll concrétise ici, avec ce troisième album tout les espoirs qu'ils laissaient entrevoir avec " L'araignée - Mal ", et ils ont visiblement fort bien mis à profit les deux années écoulées, pour approfondir leur démarche, peaufiner leur musique et finalement produire l'album qui devrait enfin leur faire connaître un succès auquel ils ont droit depuis toujours au même titre qu'Ange auquel on les a trop souvent comparés. Ce qui fait plaisir avec Atoll, c'est de voir qu'au bout de cinq ans ils sont toujours là, avec la même foi, la même énergie qu'à leur début, avec en plus pour eux l'avantage de ces années d'expériences. D'ailleurs le résultat est là, avec " Tertio " qui est un album d'une qualité irréprochable tant au niveau de la pochette (textes, à l'intérieur) que la musique produite, ainsi que de l'unité même de l'album qui n'est pas comme c'est trop souvent le cas en France, une suite de morceaux mis bout à bout ou l'on retrouve les influences les plus diverses, le plus souvent mal digérées.

" Tertio " est à ce jour l'album le plus achevé d'Atoll, et le succès auquel il semble promis sera amplement mérité. Il est temps de reconnaître à sa juste valeur un groupe qui après cinq ans d'existence reste une des valeurs les plus sures de la musique en France.

 

BEST 78 - Groupe Chanteur (euse) ou Musicien français - Vos Elus

tertio
1 Ange
2 Téléphone
3 Little Bob Story
4 Bijou
5 Atoll
6 Véronique Sanson
7 Ganafoul
8 Jacques Higelin
9 Magma
10 Bernard Lavilliers
11 Michel Polnareff
12 Yves Simon
13 Mona Lisa
14 Pulsar
15 Jean-Michel Jarre
16 Tai-Phong
17 Trans Europe Express
18 Jean-Luc Ponty
19 Spheroé
20 Factory

Best MAI 78 - Concert à Calais avec Didier Lockwood en invité. (18mars 1978 à Calais)…

Venus, eux aussi, de l'Est, les cinq d'Atoll font maintenant passer leur maîtrise- mais aussi leur chaleur - à travers tout le territoire. Et bien plus loin demain, pense Hervé Picart…
Un Atoll dans la mer du Nord. Histoire D'A…

Trois ans. Ces fameux trois ans qui ont toujours été nécessaires à un groupe français pour faire ses preuves, comme si la longévité signifiait pour le public d'ici que le groupe est bon. Dans ces trois ans, Atoll a bigrement évolué. Le premier album, " Musiciens - Magiciens ", était plutôt inégal, pataugeant dans des références trop évidentes. Le deuxième, le fameux " L'Araignée - Mal ", fut le révélateur décisif.

Le groupe avait trouvé d'un coup sa dimension, sa cohésion. Malgré une ambiance nettement crimsonienne, les références cessaient de s'imposer à l'avant - scène de leur musique. " Tertio ", enfin, a ouvert d'autres perspectives. Si l'on évoque Yes en l'écoutant, on peut voir aussi qu'Atoll a repensé sa démarche et sa façon de travailler. " Tertio " est plus carré, il tient compte des changements apportés par le jazz - rock à l'esprit de la musique contemporaine. Christian Beya m'a fort bien éclairé sur leurs desseins : " Nous voulons faire une musique assez construite, recherchée, mais tout en gardant beaucoup d'élément rock afin d'entraîner le public. Nous ne voulons pas faire une musique qui soit d'une seule pièce, mais aller d'une couleur à une autre, d'un tempo à un autre, jouer avec les nerfs des gens en leur offrant des choses très différentes. Nous ne faisons des passages très sophistiqués que parce que nous savons que d'autres morceaux sont plus directs, et qu'ils les équilibreront. " Démarche des plus saines en vérité…
Atoll est le seul groupe avec Magma à avoir su créer un langage/musique. Qu'il l'ait fait avec nos mots français est encore plus probant. Laissons aux imbéciles l'équation Atoll/Yes. Elle ne rime à rien et ne résiste pas à trente secondes d'analyse. Disons plutôt qu'Atoll crée une musique vraiment originale, suffisamment forte pour impressionner, et suffisamment enjouée et direct pour entraîner. Avec ses vocaux français mais dégagés de la tradition française garantie d'origine, le groupe peu se faire entendre ailleurs qu'en Francophonie, ce qui n'est nullement le cas d'Ange qui est un phénomène 100% français, imperceptible à des oreilles étrangères. De plus la grande technique des cinq Messins, et particulièrement celle de Chris Beya, très complète, ne peut que leur valoir la considération des spécialistes étrangers. Conscient de cela, Atoll va d'ailleurs se lancer bientôt à l'assaut de l'étranger. Il ne lui manque pour l'instant que les moyens d'une telle politique, pourtant vouée à la réussite. L'histoire d'A n'en est qu'à son début, croyez-moi. L'énergie du concert de Calais m'a encore renforcé dans cette foi.
Atoll live

J'avais à mes cotés un spectateur de choix pour ce concert en la personne de Didier Lockwood (Didier est calaisien). Celui-ci n'avait jamais entendu la musique d'Atoll et le concert eut sur lui le meilleur des effets : " C'est la première fois que je les entends( me dit-il à la fin du concert, fort excité). Je ne m'imaginais pas qu'ils étaient aussi forts, et aussi au point. Non seulement leur musique est vraiment très bien faite, mais ils la jouent avec une pèche vraiment formidable. " Là-dessus, il saisit son violon et partit faire un bœuf fort pimenté avec les cinq insulaires tout ravis de la présence d'une telle personnalité dans leurs rangs (Chris Beya, magnifiquement stimulé, se livra à quelques acrobaties des mieux senties et son duel se termina par un brillant match nul à 2368 points partout). Il faut dire que ce concert de Calais avait été une grande chose…
Au tableau d'honneur de ce show, ils étaient tous à citer.

 

olympiaAtoll était en grande forme, encore supérieur à ce qu'il était il y a quelques mois (à l'Olympia le19 avril), et eu tout le loisir de nous offrir un show très excitant qui révéla une fois de plus les qualités scéniques (ce casque digue !) et vocales de Dédé Balzer, la vigueur de la section rythmique, l'énorme talent de Chris Beya qui joue de mieux en mieux et dont les parties de guitare furent des régals, enfin et surtout la belle richesse d'une musique qui ne cesse d'évoluer et d'apparaître de plus en plus belle et complexe. Le public soutint le groupe avec adulation et tout le monde pensait que si Ange continuait à baisser les bras, Atoll n'aurait aucun mal à lui ravir sa popularité, tant les Messins ont tout pour aller loin désormais. Le show d'Atoll fut de loin le plus populaire de ce premier week-end du festival.

PUZZLE DE LUXE Atoll : " Plus professionnels pour être crédibles "

Sérieux et studieux, les cinq messins d'Atoll ont passé leur été à mitonner leur prochain album, " Rock Puzzle ", qui paraît en septembre juste avant une tournée de ce groupe si attachant, et de plus en plus convaincant. Cet album marque un effort supplémentaire du groupe d'une part pour une réalisation plus soignée que le passé (il y aura ainsi des cuivres et des violons sur ce disque, mais rassurez-vous, utilisés, avec le tact et le bon goût d'un Yes pour son " Tormato "), et d'autre part pour une musique plus efficace, reposant plus sur des rythmes solides que sur des atmosphères peut-être trop complaisamment recherchées par le commun des groupes français (un contexte ou le guitariste Chris Beya explose définitivement, rappelant ainsi qu'il est l'un des plus terribles manieurs de six cordes de l'Hexagonie Centrale). C'est ce qu'explique Alain Gozzo le batteur du groupe : nous avons voulu soigner la production, car cela a toujours été un point faible d'Atoll…

 

BEST 79 Le bel aujourd'hui

3 rock puzzleDans les grands remous qui secouent le rock français actuellement, l'on s'attendait à ce qu'Atoll surnage tout au plus. Mais voilà " Rock puzzle ", et Atoll s'envole au-dessus des flots. Il faut dire qu'Atoll est un groupe d'une grande exigence vis à vis de lui-même, qu'il se remet toujours en question, pour s'améliorer, pour être dans le coup. C'est ce qui fait qu'alors qu'Ange s'est affaibli à force de stagner, Atoll au contraire se renforce toujours d'avantage, ne cesse de se bonifier, et " Rock puzzle " est de la sorte son (provisoire) meilleur album. La pochette est le seul élément peu engageant de ce disque très excitant. Il faut dire qu'Atoll a su évoluer intelligemment. Il a mis une sourdine aux climats Yes-Génésis pour pratiquer une musique plus moderne, plus rock, plus hargneuse, dans laquelle l'introduction subtile d'éléments funky, voir un peu disco, ont eu l'effet d'un bain de jouvence. Entendons-nous bien, Atoll ne fait à aucun moment du funky ou du disco, mais l'on ressent à l'écoute de ce disque qu'il est fait par un groupe exerçant à l'époque du disco, en étant conscient, et tenant compte de ces éléments contemporains pour faire sa musique à lui. Un peu comme les Stones, les Atoll savent rester eux-mêmes et être de leur temps. Ainsi, ce groupe qui faisait une musique très belle, produit à présent une musique très belle ET très entraînante. " Rock puzzle " est comme un écho au vers de Mallarmé : " Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui ", car il nous offre un Atoll tout neuf plein de vie et pratique une esthétique des années 80 et non plus celle, fanée, des hippisantes seventies. Voilà pour le fond, mais il y a la manière, qui n'est pas pour peu dans le brio de cet album. Jamais Atoll n'avait sonné comme il le fait à présent : le chant absolument original d'André Balzer sort pour la première fois avec toute l'intelligibilité désirable, la guitare de Chris Beya - le guitariste qui n'arrête pas de monter - est d'une beauté et d'une virtuosité ahurissantes, les claviers de Michel Taillet émergent avec un relief qui accroît encore leur sveltesse, la rythmique est d'acier, et il y a en plus des cuivres et des cordes utilisés avec une adresse infernale qui donne au groupe un son énorme, riche. Avec " Rock puzzle ", Atoll passe du mineur au majeur, vraiment. Toutes les compositions sont en plus très fortes, toutes de malicieux cocktails entre un rock funky plus que convaincant et de belles trouvailles mélodiques qui donnent une vraie magie à l'album. Il y en a vraiment pour tous les goûts dans ce disque musicalement luxueux qui opère la plus magistrale des conversions sans jamais l'ombre d'une concession ou d'un opportunisme. Atoll est prêt pour 80.

 

Fool's Mate
The result of the popularity vote

atoll80

1 King Crimson (Inc. Robert Fripp) atoll80
2 Génésis
3 V.D.G (Inc. Peter Hammil)
4 ATOLL
5 Mike Oldfield
6 Ange
7 Eno
8 Henry Cow
9 Area
10 D' Bowie
11 Osanna
12 P.F.M.
13 Yes
14 New Trolls
15 Soft Machine
16 Camel
17 Pink Floyd
18 Renaissance
19 Gong
20 Ash Ra Tempel

 

ATOLL : Métamorphose
(Christian Beya : guitares - André Teitschaid : vocaux)

Une très belle ballade d'inspiration médiévale issu du répertoire de scène d'ATOLL (enregistrée au studio Magic Production à Riom)

R.L. le 7 juillet 1989 Etonnantes Music : L'Atoll aux deux mille spectateurs ! Deux mille spectateurs, environ, venus pour certains de RFA, du Grand-Duché de Luxembourg, de Paris, Verdun ou Nancy ont assisté, hier à l'ouverture du 9e festival Etonnantes Music de Metz. Une soirée introduite par Zarmaz et suivaient ensuite deux événements surprises : Hubert-Félix Thiéfaine et le retour d'ATOLL (Christian Beya le guitariste avec ses quatre nouveaux compères préparent une tournée au Japon). Deux milles personnes, le festival créé par l'association du même nom réalise là certainement l'un de ses plus beaux succès…

 

Le 21 juillet 1989 parut au Japon le CD du nouvel ATOLL : " L'Océan ".
Un disque enregistré (assez rapidement) mais avec des moyens important (studio Marcadet sur console SSL et studio Artistique Palace sur console Neeve) et financé en grande partie par King Record Japon. Le résultat est surprenant : une formation soudée, cohérente, dans laquelle domine Chris Beya (guitaristes, programmations, compositions), accompagné de Raoul Leininger, le nouveau chanteur, tandis qu'officient Jean-Pierre Klares à la basse, Gilles Bonnabaud à la batterie et Nathalie Geschier aux claviers. André Teitschaid assurait en studio les chœurs additionnels et Pascal Meyer les percussions.

Comparativement aux anciens albums " Tertio " ou " Rock puzzle " l'inspiration a grandement été renouvelée; les compositions ne manquent pas de charme et offrent des moments brillants, l'instrumental " Sahara ", longue pièce dans laquelle Chris Beya nous offre un travail d'orfèvre à la guitare ou " Hymne à Laiah " et ses structures musicales cycliques dans lesquelles dialoguent une guitare finement ciselée et des claviers aux sonorités " high tech ".

oceanChris Raoulstudio

 

ATOLL Live in Japan !

LA TOURNEE et réédition à cet occasion des anciens albums d'ATOLL en CD par King Records au Japon. Le 21 juillet, le périple japonais débuta par le concert de " Muse Hall "à Osaka. Une organisation impeccable, un grand club climatisé où plus de 1000 personnes soutinrent avec ferveur les musiciens d'ATOLL, reprenant en chœur anciens morceaux du répertoire et nouveaux titres du CD paru le matin même !

Le 22 juillet se produit l'événement de la tournée au club Citta Kawasaki de Tokyo (4000 personnes) ou avait lieu une super nuit progressive avec une affiche prestigieuse.

ATOLL fit une prestation particulièrement remarquable et le concert fut enregistré par un studio mobile et filmé en vidéo. Un disque en public qui immortalisera l'événement paraîtra à l'automne.

Le 26 juillet eu lieu le deuxième concert de Tokyo au " Live House ", "Egg mann ", dans des conditions toujours excellentes où ATOLL revint pour trois rappels dans un climat particulièrement chaleureux et interpréta une version inoubliable de " Paris c'est fini ".Le concert fut aussi enregistré et filmé en vidéo.

Le 27 juillet, Chris Beya participa au studio Joe Dawn de Sapporo, à l'enregistrement du prochain album de PROVIDENCE…

Puis ce fut le jour du concert au " Messe Hall " de Sapporo, dernier concert de la tournée japonaise. A cette occasion, les musiciens de PROVIDENCE se produisirent en première partie.

Au programme de cette tournée figurait une partie de " l'Araignée Mal ", " Paris c'est fini ", " L'age d'or " et l'intégralité de " L'Océan ". Le succès assez considérable de la tournée et l'accueil chaleureux du public japonais permettent déjà d'envisager, avec les organisateurs et King Records une nouvelle tournée dans des salles plus importantes.

 

ATOLL " L'OCEAN " FLARENASH/CARRERE France 66.970 (Parution France 1990 en CD, vinyle, k7 single)

Le CD de la tournée japonaise : respect total du son original, des thèmes musicaux et du chant avec en plus une remarquable version de "Tunnel ". (concerts enregistrés le 22 et le 26 juillet 1989 à Tokyo).Vous désirez un aller simple pour le meilleur du rock progressif français? Embarquement immédiat !

ddjaponChris Raoul Jp

 

Atoll fait partie des grands groupes dans le paysage progressif français des années '80. Initialement sorti en 1989, "L'Océan" est un très bel album de pop/rock progressif qui mérite qu'on y prête une oreille.

Mené par l'excellent guitariste Christian Beya, Atoll propose de très belles mélodies, un timbre de voix haut perché, et des compositions très intéressantes.

Des titres tels que "L'Océan", "Quelque Part" ou "Un Soleil Caché", s'ils ont un peu vieilli côté son, n'en demeurent pas moins très savoureux à l'écoute. On pourra également trouver de très beaux instrumentaux comme "Sahara", magnifiquement interprété à la guitare classique, ou "Odyssée", plus rock dans l'esprit, mais faisant toujours la part belle aux guitares.

"Encore Vivre Libre" est un rock légèrement plus carré et l'on soulignera l'excellente qualité des voix, c'est clair, juste, bien mixé. Certes, nous sommes en plein années '80 au niveau du son, parfois un peu guimauve par rapport aux sonorités plus sèches actuelles, mais les morceaux se suivent tous en affichant le même degré de qualité.

Cette réédition contient des réenregistrements et 3 inédits, dont un nouveau morceau intitulé "Try Not To Worry" ainsi que 2 titres live au Japon.

Voici une réédition très intéressante qui permettra de découvrir ou redécouvrir un excellent groupe. A conseiller vivement.